Un rapport sur les mythes courants concernant le vaccin et la manière de les contrer avec des informations correctes.

by | Aug 16, 2021

Par Isaac Jonas

2021-08-16


Contexte

La pandémie de COVID-19 a déclenché un débat sur l’efficacité des vaccins dans le monde entier. Les principales préoccupations concernent la sécurité des essais cliniques des vaccins et leurs effets secondaires potentiels. C’est pourquoi de nombreux groupes d’intérêt, tels que les gouvernements et les organisations à but non lucratif, se sont efforcés de promouvoir l’adoption des vaccins et de dissiper ces craintes. Bien que la technologie de l’ARNm utilisée pour développer les vaccins COVID-19 soit en cours de développement depuis des décennies par le biais de la recherche, il existe depuis longtemps un fossé entre ceux qui sont en faveur de la prise de vaccins et ceux qui ne le sont pas. Au Canada et aux États-Unis, ce débat critique a même débordé sur des discussions politiques. Toutefois, l’histoire et les preuves scientifiques montrent que la perception et la tolérance du public à l’égard des risques liés aux vaccins ne datent pas d’hier (Kimmel, 2002).

Indépendamment du fait que les vaccins constituent l’une des plus grandes réussites de l’histoire de la science et de la médecine et que les vaccinations ont sauvé des millions de vies dans le monde, notamment en aidant les complications liées aux maladies transmissibles (Clift & Rizzolo, 2014), la question des vaccins reste d’intérêt public. Le nombre actuel de décès dus à la pandémie de COVID-19 aurait été plus élevé si les gouvernements du monde entier ne s’étaient pas unis pour développer des vaccins afin d’inoculer les personnes les plus vulnérables. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé cette affirmation et a même prévu que les vaccinations sauveraient chaque année 2 à 3 millions de personnes de maladies évitables par la vaccination, comme la rougeole, la coqueluche et la grippe, par le passé.

Mais malgré l’efficacité prouvée des vaccinations, de nombreuses interrogations sur l’utilité et l’innocuité des vaccins sont devenues un sujet de discussion et, dans certains cas, provoquent même l’hésitation de certaines personnes vis-à-vis des vaccins (Clift & Rizzolo, 2014). Des études antérieures ont montré que la plupart des parents sont favorables à la vaccination de leurs enfants (Gellin et al., 2000 ; Chung-Delgado et al., 2021). Ceux qui refusent de faire vacciner leurs enfants pensent à tort que trop de vaccinations pourraient affaiblir le système immunitaire de leur enfant (Gellin et al., 2000). Les parents ont le droit d’accepter ou de refuser de se faire vacciner.

Cependant, le fait est que, comme tout autre médicament, les vaccins doivent suivre des directives clairement établies par des experts et des autorités sanitaires. Au Canada, ce mandat relève de Santé Canada. Ainsi, chaque vaccin qui doit être développé doit être enregistré après que des essais cliniques importants et solides aient été menés (Signorelli, 2015). Cette démarche est importante pour s’assurer que des informations exactes sont communiquées au public et pour contribuer à atténuer l’hésitation à l’égard des vaccins. De plus, ce sont des autorités et des experts qui se voient confier ce mandat plutôt que des personnes qui n’ont pas l’expertise sur les questions médicales et épidémiologiques.

La mise à jour relativement faible du vaccin contre le COVID-19 dans certains pays comme les États-Unis a été attribuée à une certaine désinformation sur les développements du vaccin et à l’ambiguïté de l’efficacité à moyen et long terme de la technologie qui reste à voir. Au Canada, Santé Canada a approuvé trois vaccins contre le COVID-19. Les quatre vaccins approuvés au Canada sont ceux d’AstraZeneca, Johnson & Johnson et Moderna, et Pfizer-BioNTech.

En outre, les vaccins et les calendriers de vaccination sont planifiés par des experts dans le domaine de la médecine clinique, de l’épidémiologie et de la santé publique sur la base des preuves scientifiques disponibles, puis mis en œuvre par les décideurs politiques en tenant également compte de l’allocation des ressources et de la viabilité financière (Signorelli, 2015).

Conclusion

En conclusion, le faux mythe selon lequel les vaccins sont proposés en raison d’intérêts économiques peut être dissipé si les autorités sanitaires font preuve de transparence (Signorelli, 2015), sur la manière dont les essais de vaccins sont menés et partagent les résultats de ces essais avec le public.  Il est également important de noter qu’en l’absence d’une menace directe de maladie, certaines personnes peuvent choisir de renoncer à la vaccination, à moins que la sécurité absolue puisse être garantie (Signorelli, 2015). En outre, bien que la sécurité absolue des vaccins soit un objectif idéaliste pour les autorités sanitaires, elle est difficile à atteindre dans le monde réel (Signorelli, 2015). Par conséquent, le partage d’informations exactes est essentiel pour combler le fossé entre la vérité sur les vaccins et les théories du complot qui prospèrent principalement en l’absence de données sur les vaccins. Un autre point important est que les vaccins ont des effets secondaires qui devraient être partagés avec tous les patients afin qu’ils en soient conscients. Les effets secondaires les plus courants des vaccins pour les personnes sont la douleur, l’enflure et la rougeur au site d’injection (Signorelli, 2015). Des réactions systémiques, notamment de la fièvre, de l’irritabilité, de la somnolence et des éruptions cutanées, peuvent également survenir (Signorelli, 2015), comme cela a été démontré avec les vaccins COVID-19 dernièrement.

De plus, il va sans dire que certaines craintes entourant les vaccins eux-mêmes peuvent émaner des exigences en matière de vaccination, de la dissimulation présumée par le gouvernement des effets néfastes des vaccins, comme en témoigne l’Union européenne avec la formation d’une nouvelle commission sur la “sécurité des vaccins”, avec à sa tête un sceptique convaincu des vaccins, Robert F. Kennedy Jr (Wessel, 2017). De tels problèmes peuvent amener les gens à remettre en question l’intégrité de l’ensemble du processus de développement et d’administration des vaccins et à douter de leur adoption.


Références

1.      Spencer, J. P., Pawlowski, R. H. T., & Thomas, S. (2017). Vaccine adverse events: separating myth from reality. American family physician, 95(12), 786-794.

2.      Kimmel, S. R. (2002). Vaccine adverse events: separating myth from reality. American family physician, 66(11), 2113.

3.      Signorelli, C. (2015). Vaccines: building on scientific excellence and dispelling false myths. Epidemiologia e prevenzione, 39(3), 198-201.

4.      Clift, K., & Rizzolo, D. (2014). Vaccine myths and misconceptions. Journal of the American Academy of PAs, 27(8), 21-25.

5.      Chung-Delgado, K., Venero, J. E. V., & Vu, T. M. (2021). Vaccine Hesitancy: Characteristics of the Refusal of Childhood Vaccination in a Peruvian Population. Cureus, 13(3).

6.      Gellin, B. G., Maibach, E. W., & Marcuse, E. K. (2000). Do parents understand immunizations? A national telephone survey. Pediatrics, 106(5), 1097-1102.

7.      https://www.who.int/ World Health Organization Data and Statistics. https://www.who.int/ . Accessed August 16, 2021.8.      https://www.canada.ca/en/public-health/services/diseases/coronavirus-disease-covid-19/vaccines.html?utm_campaign=hc-sc-covidvaccine-21-22&utm_medium=sem&utm_source=ggl&utm_content=ad-text-en&utm_term=canada%20approved%20covid%20vaccine&adv=2122-89750&id_campaign=12876015044&id_source=121197814693&id_content=517692136301&gclid=CjwKCAjwmeiIBhA6EiwA-uaeFWVWI18mpn4odJgGT1xKC3zuOJ-T0AtwfNfdDrGieSLLsBaJQnXVMxoC-b8QAvD_BwE&gclsrc=aw.ds. .Accessed August 16, 2021.

Share This

Share This

Share this post with your friends!