Initiative Catalyseur de Capital-Risque Renouvelée

Par Isaac Jonas

Introduction

Le travail des Fédérations des Canadiens Noirs (FCN) comprend la défense des intérêts des Canadiens noirs afin qu’ils participent pleinement à l’économie générale. Par conséquent, l’accès au capital est un défi historique commun qui empêche les communautés Noires du Canada de participer pleinement à l’économie. Dans ce contexte, il est de la plus haute importance que le gouvernement du Canada ait développé l’Initiative de catalyse du capital de risque (ICCR) comme cadre pour soutenir les Canadiens sur le marché du capital de risque (CR). Par conséquent, l’Initiative de capital de risque permettra d’améliorer la situation des Canadiens, y compris les entrepreneurs noirs, qui cherchent à accéder à des capitaux et à maximiser le rendement de leurs investissements. Pour assurer la pleine participation de tous les Canadiens de toutes les origines raciales, y compris ceux qui étaient auparavant désavantagés comme les communautés Noires, le programme devrait avoir une portée plus large pour toutes les entreprises admissibles au financement par capital de risque (CR), avoir des critères de sélection pour le financement par CR qui garantissent que les meilleurs bénéficiaires des fonds incluent les groupes désavantagés comme les femmes et les communautés racialisées, fournir un mentorat aux personnes sélectionnées pour les fonds de CR afin d’assurer le succès des projets impliqués, sélectionner les secteurs à financer tout en assurant la durabilité de l’argent des contribuables mis de côté dans l’écosystème canadien de capital de risque (Tourisme, 2021).

Le budget fédéral de 2017 a décrit trois volets dans lesquels la VCCI sera investie. Ces volets comprennent les grands fonds de fonds qui soutiendront les gestionnaires de fonds de capital-risque canadiens, les gestionnaires émergents et diversifiés, les régions et secteurs mal desservis, et les structures de fonds alternatives, ainsi que les entreprises de technologie d’énergie propre à travers le Canada (VCC, 2017). Récemment, les 450 millions de dollars qui ont été proposés dans le budget fédéral de 2021 pour être alloués à la VCCI renouvelée. En plus d’augmenter les fonds destinés aux initiatives de capital-risque, il est nécessaire d’assurer l’inclusion des groupes marginalisés tels que les femmes et les communautés racialisées. Les deux questions suivantes se posent donc et méritent d’être abordées. Premièrement, comment les communautés noires du Canada peuvent-elles bénéficier de ces fonds et améliorer leur bien-être financier ? Deuxièmement, quels efforts ont été déployés jusqu’à présent pour atteindre directement les communautés noires canadiennes ? Ce rapport présente donc quelques recommandations qui peuvent être pertinentes pour les ministères qui participent à la mise en œuvre de la VCCI, comme le ministère des Petites entreprises, de la Promotion des exportations et du Commerce international et le ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, qui peuvent envisager de soutenir la volonté du gouvernement du Canada d’améliorer l’accès au capital-risque.

Contexte sur le financement par capital-risque

Le capital de risque est l’une des sources les plus courantes de financement des entreprises dans le monde. Au Canada, le marché du capital de risque a connu une croissance constante au cours des dernières années, fournissant environ 1,8 milliard de dollars investis sur ce marché (VCCI, 2017). En plus de fournir du capital aux entreprises en démarrage, les fonds de capital de risque offrent du mentorat aux entreprises privées en démarrage qui sont à différentes étapes de leur cycle de vie, habituellement pendant environ 7 à 10 ans avant de réaliser leur rendement au moyen d’un premier appel public à l’épargne (Green, 2004 ; Da Rin et al.,2006 ; Hoyt et al., 2012 ; Sipola, 2021). Cela aide les petites entreprises qui, autrement, ne disposeraient pas de ce type de capital que les capital-risqueurs fournissent souvent avant de vendre leurs investissements à d’autres fonds de capital-investissement ou à des acheteurs stratégiques (Hoyt et al., 2012). En général, les fonds de capital-risque se concentrent sur les entreprises à forte croissance, principalement dans l’espace technologique et les soins de santé, et mettent en commun des capitaux dans des investissements liés à des actions d’entreprises privées à forte croissance (Green, 2004, Marco Da Rin et al., 2016).

Au fil du temps, le financement par capital-risque a couvert d’autres secteurs de l’économie que les seules technologies et les soins de santé (Green, 2004). Ces fonds sont généralement investis par le biais d’un écosystème de capital-risque qui comprend des commanditaires (LP) et des commandités (GP). Les commanditaires investissent généralement les fonds par le biais de structures juridiques via une société en commandite dans laquelle les investisseurs engagent des capitaux dans le capital-risque ou les fonds de fonds de capital-risque. Dans la plupart des cas, les investisseurs dans les fonds de fonds de capital-risque et les fonds de capital-risque sont des personnes fortunées, des investisseurs institutionnels, y compris des fonds de pension et des family offices, et de grands investisseurs fortunés. Ces personnes et investisseurs visent à obtenir des retours sur investissement élevés en échange de la prise de risques aussi importants. Grâce à ces transactions commerciales, des richesses et des emplois sont créés et soutiennent l’économie canadienne. Cependant, il y a souvent un chaînon manquant entre la participation des communautés racialisées telles que les Canadiens noirs à ce marché lucratif et florissant. Dans la plupart des cas, la population noire se situe sous le seuil de pauvreté et ne peut souvent pas participer pleinement à ces initiatives à fort capital en raison de son faible revenu et de son manque de compétences dans ce secteur. Le rapport 2021 de la Black Canadian Chamber of Commerce a identifié le manque de capital et de compétences en matière de publicité et de promotion, de développement personnel et de mentorat, ainsi que l’accès au capital comme les principaux obstacles à la réussite des Noirs en affaires.

La VCCI contribuera ainsi à améliorer l’accès au capital et aux opportunités pour les Canadiens Noirs et à accélérer la constitution de leur patrimoine dans ces entreprises commerciales souvent à haut risque et à rendement élevé. Historiquement, les Noirs sont exclus de manière disproportionnée de l’espace du capital-risque en raison de leur statut économique (Statistique Canada, 2020 ; Tourisme, 2021). Bien que le Canada ait enregistré des taux plus élevés de réduction de l’inégalité des revenus, qui est l’un des objectifs de développement durable des Nations Unies (Statistique Canada, 2020), les communautés Noires accusent toujours un retard dans cette mesure par rapport aux autres communautés racialisées (Conley, 2010 ; Winks et Winks, 1997 ; Block et al., 2019). À titre d’exemple, en 2016, la population racialisée avait un taux de chômage plus élevé, soit 9,2 %, comparativement à la population non racialisée qui comptait 7,3 % (Block et al., 2019). Les femmes racisées sont également désavantagées avec un taux de chômage plus élevé de 8,4 pour cent par rapport aux 6,4 pour cent de leurs homologues non racisées (Block et al., 2019). Par conséquent, la VCCI contribuera à combler l’écart d’inégalité de revenu entre les communautés racialisées et non racialisées au Canada en participant activement au marché du capital-risque.

En outre, la plupart des Canadiens Noirs se situent dans la catégorie des personnes à faible revenu (voir la figure 1.1 pour plus de détails), caractérisée par un bien-être moindre et une pauvreté plus élevée (Statistique Canada, 2020 ; Harding et St-Denis, 2021). Il existe également un énorme dividende démographique, car un quart de la population Canadienne Noire est jeune, et quatre personnes sur cinq (85,8 %) ont entre 15 et 69 ans (Statistique Canada, 2020). De plus, la population Canadienne Noire est plus susceptible de détenir un diplôme universitaire que les Canadiens n’appartenant pas à une minorité visible (Statistique Canada, 2020). La VCCI peut tirer parti de cette situation pour offrir à ces jeunes Canadiens Noirs éduqués un capital moins cher et un mentorat par le biais de cette initiative. Le manque d’accès au capital pour soutenir leurs entreprises a souvent été reconnu comme un énorme défi pour les entrepreneurs Noirs au Canada (Block et al., 2019). Par conséquent, cette initiative de capital-risque catalyseur est une proposition tellement bienvenue qui peut être utilisée pour aider les communautés racialisées à sortir de la pauvreté si elle est mise en œuvre de manière inclusive.

Fig 1.1. Personnes vivant sous le seuil de pauvreté (mesure du panier de consommation, base 2018), Canada, 2015 à 2019. 

Source: Données de Statistique Canada sur l’inégalité des revenus et les faibles revenus

Par conséquent, pour que les Canadiens Noirs puissent bénéficier du VCCI, ils doivent d’abord comprendre de quoi il s’agit et voir comment ils peuvent bénéficier du programme. Il existe plusieurs façons pour les Canadiens Noirs de bénéficier du VCCI. Tout d’abord, les entrepreneurs noirs peuvent faire partie du consortium d’investisseurs providentiels qui fournissent un capital de démarrage aux fondateurs au stade de la conception au cours de leur première année d’activité. Pour accéder au club des investisseurs providentiels, ils doivent demander des subventions gouvernementales par l’intermédiaire de la VCCI. En outre, le capital-risque de démarrage se concentre sur les jeunes entreprises qui ont acquis une certaine traction et qui lèvent leur tour de table institutionnel. Les Canadiens Noirs peuvent être formés avec des partenaires expérimentés qui sont dans ce domaine depuis des années pour apprendre avant de pouvoir se débrouiller seuls. Par exemple, les investisseurs providentiels canadiens noirs peuvent commencer par financer de petites opérations avant de passer aux opérations de capital-risque les plus importantes et les plus compliquées. Les séries A et B peuvent être un terrain d’entraînement, par exemple. Ensuite, les étapes ultérieures, telles que les séries C à D, sont caractérisées par des investisseurs qui soutiennent les jeunes entreprises qui se sont développées et qui commencent à attirer des investisseurs en capital de croissance. 

Il faut noter qu’en fin de compte, les opérations de capital de risque bien structurées créent de la valeur pour l’entrepreneur et, à l’autre bout, offrent aux investisseurs providentiels un rendement qui compense le risque d’investir dans l’entreprise (Chaplinsky, 2018 ; Mustafa, 2021). Ce processus d’interactions entre l’entrepreneur à la recherche de capitaux et l’investisseur providentiel à la recherche d’un retour sur investissement crée un marché auquel les Canadiens Noirs peuvent donc désormais participer de manière égale. C’est là que des initiatives telles que l’Initiative catalytique de capital de risque renouvelée, conçue par le gouvernement Canadien, constituent un excellent moyen de combler cet écart.

Le gouvernement peut également aider les Canadiens Noirs à estimer le montant optimal nécessaire pour conclure l’opération de capital-risque, par l’intermédiaire de ses diverses institutions financières, telles que la Banque de développement du Canada, et des ministères concernés, tels que le ministère des Finances du Canada, qui disposent d’employés expérimentés pouvant aider les communautés Noires sur le marché du capital-risque. Le gouvernement peut également fournir un financement à l’entrepreneur et à l’investisseur par le biais de la VCCI. Les conditions sont généralement énoncées dans une feuille de modalités qui contient une foule de dispositions conçues – à divers degrés – pour protéger la valeur du capital d’un investisseur (Chaplinsky, 2018). Ces conditions définissent les droits de l’investisseur en tant que détenteur de titres de premier rang par rapport aux actions ordinaires et sont conçues pour sécuriser la position de propriété de l’investisseur, lui donner le droit de suivre et de contrôler les décisions importantes de l’entreprise et faciliter la sortie de l’investissement (Mustafa, 2021).

Recommandations

L’Initiative de catalyse du capital de risque a pour but d’aider à soutenir la revitalisation et la croissance de l’écosystème canadien du capital de risque (Tourisme, 2021). Il est donc crucial de veiller à ce que les Canadiens Noirs puissent également avoir accès aux fonds de capital-risque et contribuer à l’objectif commun de l’Initiative de capital-risque. La VCCI vise à soutenir l’économie Canadienne. En créant une économie inclusive qui soutient tous les citoyens, quelle que soit leur situation économique. Comme nous l’avons souligné plus haut, les communautés Noires peuvent participer de deux manières, d’abord en tant qu’entrepreneurs dont les entreprises sont investies par les investisseurs providentiels ou en tant qu’investisseurs providentiels. Les entrepreneurs bénéficient de l’accès au capital pour développer leur entreprise et les investisseurs providentiels obtiennent potentiellement des retours élevés sur leurs investissements.

Pour combler les lacunes actuelles de l’écosystème du capital-risque, il est important de s’assurer que les Canadiens noirs comprennent le fonctionnement des entreprises canadiennes et l’accès au capital. Les Noirs sont généralement désavantagés en termes d’accès à l’écosystème du capital-risque (Tourism, 2021). Cet objectif peut être atteint grâce aux mesures suivantes ;

  1. Offrir un quota aux communautés Noires pour qu’elles participent de deux manières, d’abord en tant qu’entrepreneurs et ensuite en tant qu’investisseurs providentiels;
  2. Améliorer les rapports sur la diversité afin de garantir légalement que les communautés Noires participent également à cette initiative (Tourisme, 2021). En outre, les questions d’équilibre entre les sexes doivent être prises en compte dans le processus de sélection afin de garantir que les femmes issues de groupes minoritaires aient une chance équitable de participer à la VCCI.  

Il s’agit également de mobiliser des capitaux privés pour soutenir le mentorat des Noirs Canadiens désireux de participer au marché du capital-risque. En adoptant une approche axée sur le marché et en mettant l’accent sur le leadership du secteur privé, la VCCI renouvelée devrait mobiliser une quantité importante de capitaux du secteur privé (Tourisme, 2021). Cela permettra d’inciter toutes les sources potentielles de financement, qu’elles soient fédérales, provinciales ou commerciales, à accepter des candidats plus diversifiés pour le financement par capital-risque.

La taille du capital requis et disponible auprès des investisseurs en capital-risque (mécanismes d’offre et de demande sur le marché Canadien du capital-risque). La taille optimale du fonds doit être optimale afin de s’assurer que les entrepreneurs puissent faire croître leur entreprise et que, d’autre part, les investisseurs providentiels obtiennent un rendement décent pour leur capital, qui est évalué entre 5 et 7 % par an (Tourisme, 2021).

Le capital optimal investi dans chaque entreprise peut être influencé par des facteurs tels que (côté entrepreneuriat):

a) Nature et stade de l’activité;

b) Stade de l’entreprise;

c) Lieu où la technologie se développe et où les produits sont adaptés;

d) La taille relative de l’entreprise;

e) Les besoins en capitaux de l’entreprise, leur montant et le moment où ils sont nécessaires;

f) Dette, fonds propres, subventions publiques ou mixtes.

Du côté des capital-risqueurs:

a) L’argent et le montant disponible;

b) Assistance disponible en matière de banque d’investissement ou de courtage pour conclure les transactions;

c) Déterminer la valeur projetée de l’entreprise à une date future (valeur finale);

d) Actualiser la valeur finale en utilisant le taux de rendement interne (TRI) des investisseurs ciblés, c’est-à-dire Vpost – C = Vpre où C est le montant du capital investi après l’évaluation du financement, Vpre le montant du capital investi avant l’évaluation du financement;

e) Calculez le pourcentage de participation requis pour l’investisseur en divisant le montant du capital investi par la valeur finale actualisée, c’est-à-dire % de participation – C/V post;

f) Représentation géographique. Les investisseurs en capital-risque préfèrent investir dans des entreprises locales dans une géographie spécifique (Hoyt et al., 2012). La région la plus populaire pour le capital-risque est la Silicon Valley et, à ce titre, la VCCI est une initiative cruciale dans le contexte canadien.

Références

  1. Chaplinsky, S. 2018. Early-Stage Term Sheets.
  2. Da Rin,M., Nicodano, G., & Sembenelli, A. (2006). Public policy and the creation of active venture capital markets. Journal of Public Economics, 90(8-9),1699-1723.
  1. Green, M. B. (2004). Venture Capital Investment in the United States 1995-2002. Industrial Geographer, 2(1).
  2. Hoyt, D., Ranzetta, T. G., & Strebulaev, I. (2012). Venture capital deal sourcing and screening.
  3. Mustafa, M. (2021). Deal Structuring, Term Sheets, and Deal Terms. In Angel Investing (pp. 165-204). Palgrave. Macmillan, Singapore.
  4. Sipola, S. (2021). Another Silicon Valley? Tracking the role of entrepreneurship culture in start-up and venture capital co-evolution in Finland’s entrepreneurial   ecosystem 1980–1997. Journal of Entrepreneurship in Emerging Economies.
  5. Conley, D. (2010). Being black, living in the red: Race, wealth, and social policy in America. Univ of California Press.
  6. Winks, R. W., & Winks, R. W. (1997). Blacks in Canada: A history. McGill-Queen’s Press-MQUP.
  7. Block, S., Galabuzi-Grace, E., & Tranjan, R. (2019). Canada’s Colour Coded Income Inequality. Ottawa, Ontario: Canadian Centre for Policy Alternatives.
  8. Tourism, S. B. (2021). Designing the renewed Venture Capital Catalyst Initiative.
  9. https://www.ic.gc.ca/eic/site/061.nsf/eng/03139.html. Accessed October, 8 2021.
  10. https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/210323/dq210323a-eng.htm. Accessed October, 8 2021.
  11. https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/210323/t003a-eng.htm. Accessed October, 8 2021.
  12. https://www.bdc.ca/en/about/mediaroom/news-releases/new-report-examines-barriers-facing-black-entrepreneurs-canada. Accessed October, 8 2021.

________________________________________