Le programme de garde d’enfants

Un examen du programme par Isaac Jonas

Examen de l’Infrastructure de Garde d’Enfants dans le Budget Fédéral de 2021

Contexte

Selon le rapport de Statistique Canada de 2011, le besoin de soutien à la garde d’enfants a augmenté dans tout le Canada, près de la moitié (46 %) des parents ayant déclaré avoir besoin d’une forme de soutien pour les enfants de moins de 14 ans. En outre, le besoin de soutien pour la garde d’enfants augmente encore plus pour les enfants de moins de 4 ans, de sorte que plus de la moitié d’entre eux ont besoin d’une certaine forme de soutien pour la garde d’enfants (Bulshnik, 2006). En termes de taux de soutien à la garde d’enfants, le plus élevé est au Québec (58%) et le plus bas au Manitoba (34%), l’Alberta (40%) et l’Ontario (43%) se situant entre les deux. Le rapport de Statistique Canada de 2011 indique que la majorité des parents (86 %) ont besoin de services de garde sur une base régulière, surtout pour les jeunes enfants, et qu’ils utilisent principalement trois types de services de garde pour leurs enfants de moins de 4 ans. Il s’agit des garderies (33 %), des garderies à domicile (31 %) et des arrangements privés (28 %). L’utilisation de ces arrangements variait grandement selon la province. Le coût médian de la garde d’enfants à temps plein différait selon la province, allant d’un minimum de 152 $ par mois au Québec à un maximum de 677 $ en Ontario.

C’est dans ce contexte que le budget fédéral de 2021 a alloué 30 milliards de dollars sur les 5 prochaines années, dont 8,3 milliards pour améliorer la qualité des expériences d’apprentissage précoce des enfants et réduire considérablement le coût des garderies à travers le Canada. Ces objectifs, entre autres, visent à tirer parti de l’élan passé et de la collaboration avec les parties prenantes telles que les gouvernements provinciaux, les organismes à but non lucratif et les municipalités pour fournir des systèmes d’apprentissage précoce de haute qualité, abordables et accessibles dans tout le pays. Ce qui est important, c’est que ce financement s’appuiera sur les objectifs visant à accroître la participation des femmes et des communautés racialisées au marché du travail ordinaire, permettant ainsi une plus grande indépendance financière (Statistique Canada, 2017). Le financement fédéral sera mis à disposition par l’intermédiaire des partenaires provinciaux, territoriaux et autochtones afin de soutenir l’accès des familles à des services de garde de qualité et abordables, quel que soit leur lieu de résidence.

Les principaux points forts du budget 2021 comprennent des engagements de financement importants pour les enfants et les jeunes dans plusieurs domaines, comme suit:

  1. Un engagement de 30 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années, et de 8,3 milliards de dollars en permanence pour l’apprentissage et la garde des jeunes enfants et l’apprentissage et la garde des jeunes enfants autochtones;
  2. Un investissement de 118,4 millions de dollars pour un projet pilote de deux ans sur le Programme de soutien à l’apprentissage des élèves. Le projet pilote sera axé sur les organisations parascolaires nationales et locales qui s’efforcent de répondre aux besoins éducatifs des enfants et des jeunes vulnérables au niveau secondaire. Il est essentiel de veiller à ce que les enfants des communautés racialisées soient inclus dans les systèmes éducatifs traditionnels en raison de la pandémie.
  3. Un investissement de 100 millions de dollars a été proposé sur trois ans, à partir de l’exercice 2021-22, pour soutenir des projets d’interventions innovantes en matière de santé mentale pour les populations touchées de manière disproportionnée par le COVID-19. Il s’agit notamment des travailleurs de la santé, des travailleurs de première ligne, des jeunes, des personnes âgées, des peuples autochtones et des Canadiens racialisés et noirs qui ont été en première ligne depuis que la pandémie a frappé en 2020.
  4. Le budget prévoit 140 millions de dollars pour l’exercice 2021-22 comme complément au Fonds de sécurité alimentaire d’urgence et au Fonds d’infrastructure alimentaire locale. Cette mesure permet de soutenir le tiers des enfants qui dépendent des banques alimentaires dans le système scolaire. Ces fonds permettront donc de faire un pas de plus dans la lutte contre la faim et de répondre aux besoins de sécurité alimentaire des communautés marginalisées, tout en fournissant des aliments nutritifs à un plus grand nombre de Canadiens.

Parmi les autres secteurs mis en avant dans le budget figurent les investissements destinés à soutenir le secteur caritatif. Faire en sorte que les parents soutiennent à leur tour les enfants est un autre moyen indirect de soutenir les besoins en matière de garde d’enfants. Lorsque les parents se retrouvent avec plus de revenus sur leur compte bancaire après avoir fait face aux dépenses courantes, c’est une bonne chose pour les enfants car ils sont moins stressés. À cet égard, les organisations qui jouent un rôle central dans le soutien à la santé et au bien-être des enfants bénéficieraient de la subvention salariale prolongée et des programmes temporaires de récupération des services communautaires :

  1. La prolongation de la subvention salariale jusqu’au 25 septembre 2021. Il propose également de diminuer progressivement le taux de subvention, à compter du 4 juillet 2021, afin d’assurer un retrait progressif et ordonné du programme à mesure que les vaccinations sont terminées et que l’économie rouvre. 
  2. 400 millions de dollars en 2021-22 pour créer un fonds temporaire de relance des services communautaires afin d’aider les organismes de bienfaisance et sans but lucratif à s’adapter et à se moderniser pour mieux soutenir la reprise économique dans nos collectivités.

En outre, des recherches menées par les services économiques de la TD ont montré qu’investir dans les enfants se traduit généralement par des avantages plus importants pour l’économie à long terme. Par exemple, une étude réalisée par la TD en 2012 a montré que l’investissement d’un dollar dans les services de garde d’enfants a un effet multiplicateur de 1,50 à 2,80 dollars dans l’économie[1]. Ainsi, comme indiqué précédemment, l’investissement de 30 milliards de dollars dans les infrastructures de garde d’enfants permettra à terme de réduire immédiatement de 50 % les coûts des services de garde d’ici 2022 dans l’ensemble du Canada, à l’exception du Québec qui dispose d’un modèle robuste ayant déjà permis de réduire considérablement les frais. Le financement soutiendra également la construction d’un plus grand nombre de places en garderie à travers le Canada et sera distribué par les provinces et les territoires. Tous ces investissements devraient permettre d’assurer l’accès à des services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants de haute qualité dans tout le pays pour une moyenne de 10 $ par jour. En d’autres termes, en fin de compte, le financement fédéral subventionnera les services de garde à 10 $ par jour en moyenne dans tout le pays, ce qui est inférieur aux tarifs actuels. Les objectifs de l’infrastructure de garde d’enfants seront atteints par les moyens suivants;

1. Soutenir l’accessibilité des espaces de garde d’enfants

Le budget fédéral de 2021 a proposé d’allouer 29,2 millions de dollars sur 2 ans à partir de 2021-22 par le biais d’Emploi et Développement social Canada pour soutenir les centres de garde d’enfants par le biais du Fonds d’accessibilité. Les ressources financières visent à améliorer l’accessibilité physique. Au cours de la même période, le financement soutiendra directement la construction de plus de 400 centres de garde d’enfants, y compris les toilettes, les portes accessibles et les structures de jeu qui accueillent les enfants handicapés. La clé de ce programme est de garantir l’équité et l’accessibilité, en particulier pour les enfants des communautés racialisées. Trop souvent, les enfants des communautés racialisées sont laissés pour compte en raison d’obstacles structurels tels que l’accès à partir de leur quartier et le manque de représentation dans les conseils d’administration et les rôles de gestion où les décisions de choisir l’emplacement de ces structures seront prises.

2. Répondre aux besoins des familles et des communautés autochtones

Le budget fédéral de 2021 a proposé un investissement de 2,5 milliards de dollars sur les cinq prochaines années. Il s’agit d’un pas dans la bonne direction, car ce financement vise à soutenir les programmes d’apprentissage précoce pour les familles et les communautés indigènes afin de garantir un bon départ dans la vie.

3. Rassembler les partenaires et maintenir un système de garde d’enfants pancanadien

Le leadership fédéral pour ouvrir une relation de collaboration avec les partenaires et les parties prenantes pour répondre aux besoins de la famille. En ce qui concerne l’infrastructure d’apprentissage et de garde des jeunes enfants, en plus de l’énoncé économique de l’automne 2020, 34,5 millions de dollars ont été proposés au cours des cinq prochaines années pour renforcer la capacité du nouveau Secrétariat fédéral à l’apprentissage et à la garde des jeunes enfants.

Remarques conclusives

Le rapport a examiné le contexte des infrastructures de garde d’enfants au Canada, en mettant l’accent sur le budget fédéral de 2021. Il souligne la nécessité de soutenir l’accès aux places en garderie, de répondre aux besoins des communautés racialisées et d’adopter une approche collaborative entre les partenaires à travers le Canada. Investir dans les enfants et les services de garde d’enfants est particulièrement crucial du point de vue du développement économique en raison de leur contribution à l’économie lorsqu’ils grandissent. Le fait que le gouvernement ne paie pas les adultes qui n’ont pas bénéficié d’un bon départ dans la vie en raison d’un mauvais investissement dans les services de garde d’enfants augmenterait le fardeau du budget fédéral. De même, des programmes tels que l’extension de la subvention salariale, la création de banques alimentaires et les investissements dans les programmes temporaires de rétablissement des services communautaires contribueront grandement à donner aux enfants un bon départ après la pandémie de COVID-19. En tant que défenseurs, le FCN peut s’appuyer sur les preuves fournies dans le rapport et souligner d’autres domaines qui pourraient nécessiter des améliorations. Ces domaines comprennent, sans s’y limiter, les types de personnes qui ont été touchées par la pandémie dans les communautés racialisées et faire pression sur le gouvernement pour qu’il envisage de faire avancer la recherche, de collaborer avec les parties prenantes telles que les organisations à but non lucratif et à but lucratif pour répondre aux besoins médicaux des enfants. De plus, des mesures supplémentaires doivent être prises pour assurer le suivi, par l’intermédiaire d’intervenants tels que les ministères fédéraux et provinciaux et les organisations caritatives de tout le Canada, des enfants des parents qui ont été durement touchés par la pandémie. Il peut s’agir des parents de ceux qui ont perdu leur emploi à cause du COVID-19 et, dans les cas extrêmes, de ceux qui ont perdu leurs parents à cause de la pandémie.

Bibliographie

1.      Bushnik, T. (2006). Child care in Canada. Ottawa: Statistics Canada.

2.      Silverberg, S. (2007). Babies and Bosses-Reconciling Work and Family Life A Synthesis of Findings for OECD Countries.

3.      OECD Publishing, OECD, Organisation de coopération et de développement économiques (Paris), & Source OECD (Online service). (2006). Starting strong II: Early childhood education and care (Vol. 2). OECD.

4.      https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/89-652-x/89-652-x2017001-eng.htm. Accessed June 23, 2021.

5.      https://www.mnp.ca/en/insights/directory/2021-federal-budget-highlights. Accessed June 23, 2021.

6.      https://www.td.com/document/PDF/economics/special/di1112_EarlyChildhoodEducation.pdf. Accessed June 23, 2021.

7.      https://www.ic.gc.ca/eic/site/150.nsf/eng/00009.html. Accessed June 23, 2021.

8.      https://www.ic.gc.ca/eic/site/150.nsf/eng/00006.html. Accessed June 23, 2021.

9.      https://childrenfirstcanada.org/featured/child-advocates-welcome-historic-investments-in-childcare-but-call-out-the-gaps-in-funding-needed-to-address-urgent-and-systemic-threats-to-childrens-health/. Accessed June 23, 2021.


[1] https://www.td.com/document/PDF/economics/special/di1112_EarlyChildhoodEducation.pdf